L’açaï bowl c’est quoi ?


J’ai découvert pour la première fois les bols d’açaï il y a un an, lorsque je venais d’emménager à Montréal et qu’un petit café yoga tout mignon, le Belem, venait d’ouvrir ses portes (je vous en parle ici). J’étais intriguée par ce fameux açaï bowl, j’en ai donc commandé un et c’est à partir de ce moment qu’une grande histoire d’amour est née entre nous deux.

1

5

L’açaï, qui se prononce ah-sigh-EE et pas « AKAI », est une petite baie violette assez foncée qui pousse sur des palmiers et qui est principalement originaire des forêts tropicales d’Amérique du Sud. Elle se caractérise comme un aliment de base traditionnel pour les tribus amazoniennes. Bien qu’elle soit de plus en plus à la mode ces derniers temps, il est difficile d’en acheter des fraiches, c’est pourquoi on les retrouve souvent en vente sous forme de pulpe congelée ou de poudre lyophilisée que l’on mélange avec des fruits frais pour ainsi obtenir le tant convoité açaï bowl. La consistance obtenue est à mi chemin entre le sorbet et le smoothie, assez épaisse et généralement servie avec des toppings : fruits frais, granola, noix, graines … tout ce qui vous passe par la tête.

6C’est aussi un fruit riche en graisses saines, une très bonne source de fibres mais surtout d’antioxydants. Les antioxydants possèdent la propriété d’empêcher les réactions néfastes provoquées par les radicaux libres, comme le vieillissement des cellules. Pour faire simples ils agissent comme des « pares-balles » pour notre organisme et permettent de faire baisser le taux de cholestérol, de protéger les yeux, de prévenir des maladies cardio-vasculaires et des cancers. En résumé, manger de l’açaï pour son petit déjeuner, c’est faire le plein d’énergie avec un bol riche et nourrissant pour un minimum de calories. Parfait pour démarrer la journée !

2

3Ma recette de bol d’açaï est assez simple. J’utilise pratiquement tout le temps la pulpe congelée (que j’achète dans des magasins bio comme Naturalia) et j’aime ajouter dans ma préparation, que je passe au blender, une banane et du lait végétal (riz, soja ou amande) afin d’obtenir une texture plus souple et crémeuse. Il est aussi possible d’y associer d’autres fruits comme par exemple de la framboise pour plus d’acidité, des bleuets ou myrtilles pour un concentré en antioxydants, de l’avocat pour plus d’onctuosité … Bref, libre à vous de créer vos mélanges en fonction de vos envies et de vos besoins. C’est assez drôle de voir les variations de violet/pourpre que l’on obtient selon les fruits que l’on ajoute à la préparation. Pour les garnitures, je teste toutes sortes de combinaisons avec ce que j’ai sous la main, mais j’essaye toujours d’avoir un joli équilibre de textures avec du moelleux, du croquant et du croustillant. Côté présentation, mon petit plus c’est de servir le tout dans une noix de coco et se croire encore en vacances au bord de la plage le temps de sa dégustation.

À vous de jouer !!!

7


 

Publicités

Devenir végétarien, comment sauter le pas ?


Hello tout le monde, aujourd’hui je mets de côté les voyages car je voulais partager avec vous mon mode de vie végétarien et aussi par la même occasion donner quelques conseils pour ceux qui souhaiteraient adopter ce style de vie.

 

8

 

Je suis devenue végétarienne depuis un  peu plus d’un an et demi maintenant. En fait, je n’ai jamais vraiment raffolé de la viande, j’en mangeais surtout en famille mais il était rare que j’en cuisine. Petit à petit je me suis intéressée au végétarisme et j’ai commencé à remettre totalement en question mes habitudes alimentaires.

 

3

 

J’ai donc décidé d’opter pour une nouvelle alimentation sans viande ni poisson tout en réduisant considérablement ma consommation de produits ayant une provenance animale. Je ne suis ni docteur ni nutritionniste mais je pense qu’il est important d’y aller progressivement pour habituer son corps, rien ne sert de brûler les étapes. Lorsque j’ai commencé à adopter ce mode de vie j’habitais encore à Montpellier et je dois reconnaître que les alternatives végétales étaient assez difficiles à dénicher. Quand je voulais manger à l’extérieur et même lorsqu’il était question de faire mes courses au supermarché le choix des substituts de viande était assez limité. Pour être honnête j’ai eu du mal au début lorsque je sortais manger avec mes amis de passer pour « l’OVNI » de la bande … Vous savez celle qui ne mange pas comme tout le monde. Le changement d’alimentation était finalement plus simple à gérer que l’acceptation de mon entourage ou même des gens en général.

 

2

 

Les clichés sur les végétariens (que je n’en peux plus d’entendre) :

 

  • Quand tu demandes quels sont les plats végé au resto et qu’on te répond « on a du poisson ». Ah ben oui c’est vrai le poisson c’est pas un animal !

 

  • Toujours au resto, quand on te propose de simplement enlever la viande du plat qui t’intéresse pour le même prix … Un assiette de légumes à 17€ merci mais je passe mon tour.

 

  • Être végétarien = manger bio = être écolo

 

  • Le végétarien est intolérant et moralisateur … Mes amis et ma famille mangent tous de la viande et du poisson, je ne les juge pas et en aucun cas je cherche à les influencer car chacun est libre de manger ce qu’il veut.

 

  • « Une exception ça va pas te tuer »

 

  • « Et les carottes, tu ne crois pas qu’elles souffrent aussi ? »

 

  • Le végétarien mange de la salade verte et des graines toute la journée … ah c’est vrai j’avais oublié on est des lapins.

 

  • Être végétarien rime avec carences alimentaires, mauvaise santé et fatigue … Expliques moi comment je fais pour m’entrainer 3 à 4 fois par semaine dans une salle de sport !

 

5

 

Mon arrivée à Montréal a largement facilité ma vie de végétarienne puisque je n’ai jamais rencontré ce genre de problèmes du fait que la communauté végétarienne soit assez répandue dans cette ville. Finies les questions du genre « Ah bon, t’es végétarienne ? mais Pourquoi ? Comment ? » Ici, c’est tout à fait normal de ne pas consommer de viande ou de poisson. D’ailleurs, pratiquement tous les restaurants proposent des options végétariennes très gourmandes et originales. J’ai notamment découvert, en plus du tofu et des steak de soja que je consommais en France, le tempeh et le seitan. Le premier, comme le tofu, est produit à partir de fève de soja. Sa texture est plus compacte et sa saveur plus prononcée car il s’agit d’un aliment fermenté. Je le cuisine aussi bien mariné, que poêlé pour agrémenter mes salades. Le seitan, quant-à lui, est fabriqué à base de blé et il est super riche en protéine. Je l’utilise comme de la viande, hâché pour farcir des légumes, sauté dans des pad thaï, ou même cru dans des rouleaux de printemps … un peu d’imagination et le tour est joué !

 

4

 

Au fil des mois, je suis devenue beaucoup plus curieuse en terme de saveurs et j’adore tester de nouvelles textures. Les livres de recettes végétariennes ou végétaliennes m’ont beaucoup aidée au début, principalement pour découvrir de nouveaux aliments que je n’avais pas l’habitude de cuisiner comme les graines (courge, chia, chanvre), les produits à base de soja (edamame, lait, tofu, yaourt). Bien entendu je mange aussi beaucoup de fruits et de légumes. Pour les cuissons, j’utilise exclusivement de l’huile d’olive, d’avocat ou de coco. Je fais en sorte de manger à ma faim et de manière beaucoup plus saine. Au final, je ne me force pas vraiment, c’est devenu un réflexe et un mode de vie avec lequel je me sens bien dans mon corps et dans ma tête. Instagram est aussi une très bonne source d’idées pour  tester ou même s’approprier des recettes.

 

11

 

Depuis mon retour en France, j’ai constaté que les rayons bio offraient un choix beaucoup plus vaste de produits d’origine végétale (Enfin ! ) J’ai commencé à en tester un certain nombre d’entre eux et je peux dire que je suis agréablement surprise par ce que je découvre. J’ai également acheté il y a peu de temps le livre « Le défi végane 21 jours ». Je mange très souvent végétalien (sauf quand il y a du fromage c’est mon péché mignon) et je fais également très attention à la provenance des produits que j’achète (par exemple pour les cosmétiques je n’utilise aucun produit testé sur les animaux). Je n’achète plus de cuir ou de vêtements fabriqués à partir de peau animale. Au Québec, j’ai découvert la marque montréalaise Matt & Nat qui propose des sacs et autres accessoires uniquement confectionnés avec du cuir végétal, c’est à si méprendre et le résultat est juste génial (en plus on peut se faire livrer en France c’est pas beau ça !). Bref pour moi l’étape végétalienne et même végane était la suite logique de ma démarche. Je vais donc tester ce mode de vie pendant 21 jours. J’ai hâte de finir le livre pour pouvoir commencer cette expérience et vous en parler prochainement.

 

10

 

Voilà pour ce petit topo j’espère que ça vous a plu ou que ça en a éclairé certains. N’hésitez pas à poser vos questions, à me partager vos recettes ou même votre avis … je suis preneuse !